Le développement durable appliqué au corps

mardi 7 mai 2013 à 11:00

"Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs."
Rapport Brundtland, 1987


 photo yoga01_zpsb46b6e63.jpg


LA MUSCULATION VERTE

Ne retrouve-t-on pas, dans la Méthode Lafay, la logique du développement durable appliquée au corps?


a - La gestion des ressources.

Le capital corporel est exploité en ayant une vision à long terme. Il ne s'agit pas d'amener son organisme à la destruction en cherchant un profit à court terme. Par profit, j'entends le développement exclusif du muscle. On apprend à gérer ses efforts afin d'éviter un épuisement précipité des ressources qui conduit à la fatigue et aux blessures. La musculation, outil de construction de soi, ne doit pas être énergivore. Elle ne doit pas devenir non plus une activité chronophage, qui étoufferait dans l'oeuf le développement de nos autres potentialités, ou le limiterait. La souffrance, psychologique ou somatique, provient de ces potentialités oubliées ou gâchées, elle provient de déséquilibres. Aussi, pour atteindre l'harmonie (l'épanouissement), on apprendra à éviter le gaspillage.

b - Le respect du potentiel exploitable.

On ne veut pas faire croître le corps malgré lui, mais avec lui. Il s'agit d'apprendre à dialoguer avec soi, pour que la construction se fasse dans un état de paix intérieure. Le pratiquant apprend à regarder son corps autrement que comme un objet de consommation immédiate dont seule l'apparence compterait. Il apprend à écouter ce corps qu'il ne veut plus contraindre comme il le ferait d'un adversaire, mais qu'il envisage désormais comme un partenaire. Plutôt que de se comporter comme un prédateur envers lui-même, plutôt que de s'utiliser sans se respecter, il entreprend des jeux à sommes non nulles, avec lui-même, avec son environnement.

c - La croissance autrement.

Se considérer soi-même comme un partenaire, rechercher l'harmonie, n'exclut ni la croissance, ni la performance. En privilégiant le dialogue avec soi et l'environnement, plutôt que la contrainte prédatrice, on peut aller très loin, beaucoup plus loin qu'en se pillant soi-même. Et ceci plus facilement.



La Méthode Lafay, pour promouvoir et mettre en place un développement durable, subordonne la construction du corps à la construction de soi , en actionnant de manière efficiente une logique de contrôle de l'effort.
Les résultats des pratiquants expérimentés montrent qu'un compromis rationnellement construit est au moins aussi efficace à court terme qu'une focalisation exclusive sur la performance (la prise de volume étant aussi une performance). A long terme, il sera beaucoup plus efficace, du fait même de son efficience.


Posté dans Philosophie
Olivier Lafay

Commentaires

  1. C'est osé comme sujet ! Mais comme il est traité cela peut se défendre... bon il faut savoir faire le grand écart intellectuel...

  2. Olivier Lafay a écrit:

    Il ne s'agit pas de grand-écart intellectuel mais de réflexion sur le fond.
    Apprendre à penser complexe n'est pas habituel pour la plupart des gens, c'est vrai, et mon travail (fruit de réflexions sur la complexité en musculation) consiste justement à apprendre à mes lecteurs à penser complexe.
    Le principe d'efficience, la lutte contre le no pain no gain, l'approche systémique, la cybernétique de premier et de second ordre, la notion de coopération, sont des principes directeurs, d'où découlent des approches spécifiques, comme l'écologie au sens premier (réflexion sur les équilibres naturels) et l'écologie humaine (corps et esprit, cf Edgar Morin, Gregory Bateson et quelques autres).

    Ce n'est pas commun de prendre du recul par rapport à la vitre sur laquelle on bute, pour envisager le mur, puis le bâtiment, puis la place du bâtiment dans un environnement, etc. Mais, comme Wittgenstein l'a écrit : "ce que je veux, c'est apprendre à la mouche comment sortir de la bouteille à mouche."
    C'est l'approche complexe (penser les liens) qui le permet.
  3. Christophe a écrit:

    Bon article ! Si vous voulez éviter de partir dans des réflexions trop intellectuelles, mon père m'a dit un jour : "si tu veux savoir si ce que tu fais est bien ou mal, imagine que tout le monde fasse comme toi"
    c'est simple et efficace et ça marche pour toutes les situations quotidiennes ! :)

  4. Olivier Lafay a écrit:

    Très bon conseil de ton père.
    Et quelques réflexions intellectuelles par dessus ce bon conseil permettent d'en bien intégrer la profondeur.
  5. Je ne crois pas que la musculation soit une activité pouvant être liée au développement durable ou à l'écologie, en effet pour grossir et développer sa masse musculaire il faut manger, manger beaucoup, et si tout le monde mangeait beaucoup ( pour reprendre Christophe ) on compromet la capacité des générations futures à s'alimenter correctement.

    Cela dit la méthode ou tout entrainement au poids de corps, est plus écologique que les méthodes nécessitant machines, barres et haltères qui demandent matières premières et énergie en abondance pour être produites.

  6. Olivier Lafay a écrit:

    A prendre en compte également : le coût énergétique de la santé non ou mal gérée, le coût énergétique de la frustration (santé, esthétique, intellectuelle, etc.) qui de plus est reportée (compensée par) sur une consommation anarchique ou se termine en violence dont il faut gérer les conséquences...
  7. Merci pour le site et tout ces articles constructif.
    J'apprends chaque jour de nouvelles astuces pour la méthode.
    Mon gros souci est un manque de régularité. Mais en voyant ttes ces photos et en lisant tout ces articles (et commentaire) la motivation est de retour.
    Merci pour cette méthode et cet état d'ésprit qui me conviennent parfaitement!!!
    A bientot!

  8. r0m4in72 a écrit:

    C'est curieux d'avoir présenté le développement durable sous cet angle mais ca reste enrichissant ! Cependant on presente plus souvent le développement durable comme.un triptyque social/environnemental et économique. Je perçoit bien le côté social voire économique pour le BB pro mais comme il a ete dit plus haut , j'ai peur que la PDM soit un frein à cette argumentation.

  9. Olivier Lafay a écrit:

    J'ai répondu sur la pdm un peu plus haut :-)
    Quel est ton avis sur ma réponse?

    J'ajoute à ce que j'ai dit plus haut que la prise de masse consiste à stocker des protéines. Il a été prouvé qu'une importante masse musculaire permettait de mieux résister aux maladies et de mieux en récupérer. Les réserves de protéines sont très importantes pour la santé. Il faudra que je retrouve les sources mais un médecin a écrit à ce sujet. Si l'on introduit cette réflexion dans le regard global qui doit être produit lorsque l'on parle de relation de l'Homme à l'environnement, on comprend tout l'intérêt du muscle.
    Reste à bien développer sa masse musculaire (sans user prématurément son corps)...
  10. Vito lafayen a écrit:

    Effectivement il n'y a pas de recherche de dialogue, en posant des idées en bloc sans même chercher à se remettre en question. Mr Lha lee à beau avoir un peu de "tchatche" (j'entend par là de meubler ses idées avec quelques mots un peu compliqués, pour un gars comme moi qui as du lire 5 livres), il est difficile d'instaurer un échange avec lui.

    Sur ce que j'ai lu de la dernière réponse de Mr Lee, l'argumentation (si il y'en as vraiment une) a pour but d'amener a la conclusion suivante : "le paraitre prime sur l'être". Preuve ici qu'il n'as nullement lu les quelques pages et articles sur le constructivisme, où, réfractaire ou pas de la méthode, il faut dire qu'après une telle lecture, on en ressort "éclairé" : j'avance avec mon corps dans tel objectif, et non pas : je plis mon corps a ma volonté dans tel objectif. Si l'on as compris cette idée, on se rend compte que l'esthétisme, le paraître, devient secondaire, et ce qui importe c'est le bien-être.

    Pour ce qui est de l'économie d'énergie et le reste, je ne pense pas être assez cultivé où même exemplaire pour donner mon avis, je fais du tri sélectif et commence à remplacer mon frigo et mes placards par du bio et des aliments frais, mais très peu pour me proclamer défenseur de la planète :-<

    Voilà je voulais juste rebondir sur, premièrement, le comportement de Mr Lee, que je trouve navrant, étant donné que, si il prend le temps d'écrire ses idées, il pourrait très bien le faire pour répondre aux argumentations de Mr Lafay. Et deuxièmement sur cette phrase "le paraître prime sur l'être", alors que c'est bien là l'inverse qui est préconisé par la méthode et tout ses pratiquants.

  11. Olivier Lafay a écrit:

    Effectivement, Vito Lafayen, il suffit de prendre un tout petit peu de son temps pour découvrir l'esprit de la Méthode et on évite alors les réactions inadéquates de Lha Lee ainsi que son insistance compulsive.
    Mais il n'est jamais intervenu pour apprendre. Il est venu pour s'approprier un territoire et le marquer de son "urine idéologique" (peu conceptualisée, je vous l'accorde).
  12. "Il a été prouvé qu'une importante masse musculaire permettait de mieux résister aux maladies et de mieux en récupérer."

    Tout à fait d'accord, et je crois bien avoir déjà vu passer une étude traitant de taux de survie/masse musculaire dans les services de réa, en faveur de cette affirmation. Si j'arrive à mettre la main dessus je la posterai ici!

    PS: j'aime bien la notion d'écolo-fasciste ;)

  13. Olivier Lafay a écrit:

    J'ai cherché rapidement ce matin et je n'ai pas réussi à retrouver cette étude. Donc, si tu mets la main dessus, j'en serais très heureux.
  14. Mike El Pico a écrit:

    www.news-medical.net/news...

    Muscle et cancer...
    C'est la version "traduction google", mais c'est compréhensible.

    Une autre étude statistique a été déroulée dans un service de traumatologie. Elle mettait en relation le taux de survie par rapport à la masse maigre. Je cherche les références...

  15. anthony a écrit:

    J'aime beaucoup cet article. Certains commentaires sont un peu trop manichéens et dénués de toute approche complexe.
    Le développement n'est pas forcément néfaste, ce n'est pas obligatoirement le « développement économique » à l'américaine, ce n'est pas non plus le « développement physique » de culturistes contemporains écervelés…
    Il faut voir un peu plus loin que le bout de son nez. Essayer de sortir de sa (de la) grotte en se cultivant, se développer physiquement afin d’affronter un environnement qui peut être par moment hostile…Se développer, c’est aussi s’élever, s’éduquer.
    A mon sens, Il faut apprendre à sortir de certains dogmes et comprendre que certaines choses doivent être développées, et d’autres enveloppées.
    Pour revenir à quelque de chose de plus pragmatique, illustrant parfaitement le fait que certaines personnes sont cloisonnées, on peut évoquer l’approche dogmatique de « la prise de masse ». Faut-il passer par une suralimentation, par une complémentation à outrance, par une dé-socialisation pour se développer physiquement ? N’y a-t-il pas une autre voie possible ? Je pense que la méthode répond parfaitement à ces problèmes.

  16. Débat intéressant, dommage que ça dérape un peu, faire du sport, de la musculation, une activité physique de façon réfléchie et raisonnable c'est développer, et consolider raisonnablement son corps. C'est bon pour soi, et pour la société, car un individu en bonne santé tombe moins souvent malade.

  17. Olivier Lafay a écrit:

    Savoir déraper est une qualité en sport :-)
  18. Christophe a écrit:

    Je pense que pour être en bonne santé il suffit de ne pas trop s'isoler des conditions extérieures, le corps est conçu pour s'adapter et l'isoler dans une "bulle" aseptisée et à température constante le rend plus fragile, enfin c'est ce que j'ai pu constater.

    Pour répondre au fait que "surconsommer" pour prendre de la masse n'est pas durable, je dirais que tout dépend ce que nous consommons, la viande demande beaucoup de céréales pour être produite, donc on pourrais très bien manger les céréales à la place des vaches ! lol

  19. Cet article m'incite à une question plus large sur le développement:

    Notre civilisation semble condamné poursuivre une croissance perpétuelle (économique, démographique, etc..)pour continuer à prospérer.

    Le développement durable n'est pas envisageable en période de décroissance?

    Pourquoi la croissance semble être un maillon indispensablede notre évolution? La décroissance est seulement évoqué du bout des lèvres par politiciens de contestation.

    Existe-t-il des ouvrages ou article traitant de ce sujet?

  20. Juju Commando a écrit:

    Non mais l'art ça sert à rien ça se mange pas.

  21. olivier:J'ajoute à ce que j'ai dit plus haut que la prise de masse consiste à stocker des protéines. Il a été prouvé qu'une importante masse musculaire permettait de mieux résister aux maladies et de mieux en récupérer

    c est bien connu, et meme la graisse a des effets benefique , par exemple les gladiator etaient engraissés au maximum et les blessures causé par les armes genre enorme coupure guerisser plus vite grace a cette graisse, c etait des mecs asser gras donc si la graisse a le bon role dans ce cas de figure, que penser de la proteine

  22. Question HS a écrit:

    Les gladiateurs étaient gras parce qu'à l'époque on n'envisageait pas un homme fort sans graisses, d'une part parce que le tissu adipeux protège dit-on ,et aussi parce que le terme muscle n'était pas aussi répandu et courant qu'aujourd'hui, ni la plastique idéale actuelle, qui veut qu'un homme musclé ne puisse prétendre l'être qu'avec 10% de gras . Dans la viande ils mangeaient la chaire et le lard (comme les spartiates) . Mais c'était aussi une époque où les apports journaliers ne devaient pas être aussi élevés que les nôtres , avec nos sucres raffinés , nos graisses saturés, nos ajouts...
    En dehors de ceux qui pratiquaient l'ascétisme , les gladiateurs, comme leurs contemporains civils jusqu'à la période d'avant guerre (14-18 , 39-45) tentaient d'accumuler le plus de calories en prévision des périodes de "vaches maigres".
    Pour ceux qui ont encore leurs arrières grands parents en vie, exception pour les enfants issus de familles aisées où la gabegie était plus tolérée, ils vous diront que les gens gaspillaient moins et avaient un autre perception de la nourriture (plus fataliste..."le potager donne des haricots, on en mangera jusqu'à la troisième ceuillée ..." et moins capricieuse par le fait).
    Les gladiateurs ne sont pas forcément un bon exemple ^^ , parce que déjà tuer des gens c'est mal ( 'y paraît, et puis moi ça m'arrange) et bouffer comme un porc pour se fabriquer un embonpoint capable d'arrêter les lames adverses c'est pas tip top niveau développement durable...je crois...no pain no gain, tout ça... je souffre donc je vis...pour amuser la galerie ...bof...^^

  23. les gladiateurs etaient esclaves et couter de l argent au proprietaire, ils gavaient leur machines a tuer comme ça en cas de blessure ils survivaient et se retablissés vite, ils leur donné a manger une espece de melange d avoine de blé ce genre de chose une boullie de legume en quelque sorte,les type etaient choisi come gladiateur parsque physiquement ils en imposés donc ça les rendaient encore plus effrayant , sinon comme type bien bati naturelment sans muscu sans bouffe pre-calculer ect, c est les tribu qui vivent dans les forets, je suis toujour impressionner par leur physique tres bien charpenter et dessiner pour certain, manger des insecte a longueur de journée, du poisson ect leur fournit sans tuer l'ecosysteme l apport calorique,ont peut faire de la pdm ecolo ^^ faut manger des larves vivantes :p

  24. Ca vient aussi du fait qu ils marchent pas avec des air max toute la journée. Tu retrouves les memes profiles en Afrique. Pas de malbouffe pas de graisse

  25. Question a écrit:

    Sam , Remarque pertinente + 1000

  26. il y a quelque jour j'ai vue un doc a la tele sur un type parti en afrique, il croise au hazard des travailleur manutentionnaire qui bosse tres dur les mec ont des physiques de dingue bien sec, comme tu dit, nous autre occidentaux avont perdu une certaine forme physique avec toute cette malbouffe desiquilibré et notre mode de vie assisté,le record de longevité ce trouve au japon , le pays qui consomme le plus de poissons au monde, et sinon le top du top de la ongevité c est dans une petite partie de la chine un petit coin de paradis isolé l'air est tres pur ainsi que l'eau, les gens vivent tres vieux et en bonne forme ils travaillent toute leur vie et péte le feu

  27. Sam tu te trompes complètement. La malnutrition, autant que la sous-nutrition est un problème majeur en Afrique !
    Beaucoup de monde voit l'Afrique - ou d'autre régions considérées comme apparemment peu marqués par le système occidental ou encore très traditionnels - comme un endroit "authentique", où l'on revient aux sources et dont ces sources sont "pures". Mais c'est loin d'être le cas, très loin.
    Il y a de nombreux problèmes de malnutrition, aussi bien dans les villes que dans les villages coupés du monde et encore très traditionnels. Certes il existe des "oasis dans le désert", mais c'est comme en France et le reste de "l'Occident", la méthode Lafay est un de ces oasis.
    Bref, l'Afrique est loin d'être un modèle. C'est un continent encore peu développé. La malbouffe et la "graisse" sont bien plus présentes que tu ne l'imagines. Oui il existe des lieux comme je l'ai dit précédemment (des "oasis") où l'alimentation est plus saine sur certains points, mais c'est loin d'être le cas pour "l'Afrique".

  28. Juju Commando, l'art se mange, mais par l'esprit.

    Sinon pour revenir à l'article, oui la méthode suit une logique de développement durable.
    Par rapport à la réaction de Lafay sur le "mauvais internaute" : faire un article peut être très bien en effet !! :) Ça sera une sorte de "charte des commentaires du blog".

    Pour ma part, j'ai commencé à adopter ce "développement durable" à la lecture du blog : minimum un article par jour, au final on aura bien tout lu ! :)

    (Bon sang je ne pensais pas finir par apprendre/découvrir tant de choses juste en partant de l'achat du livre vert.)

  29. Récemment je suis tombé sur un article dans SVJ sur les gladiateurs de la rome antique , et les coups bien que portés violemment devaient avant tout immobilisé l'adversaire , le combat s'arrêtait souvent au premier sang et rare étaient les fois où les combats se terminaient par la mort d'un des gladiateurs. Le cas était prévu et constituait davantage un "extra" occasionnel. Donc je retire ce que j'ai pu dire ou ce qui laissait penser que la gladiature reposait sur le spectacle de mise à mort (c'est pas la corrida quoi) .
    On s'en fout ^^ mais c'était pour éviter de passer pour des gros incultes...

    Dans un doc télé , on voyait un bled paumé en Afrique subsaharienne qui disposait d'une cuve de Coca-Cola mais pas de canalisation pour amener l'eau ^^ (je crois que snake l'a vu)

  30. le doc que j'ai vue montrer un africain super bien bati qui travailler dur das l eau il plonger avec un ceau et remontrer de la vase , son torse ses bras ses abdos etait vraiment bien sculter et sec, aucune idée de ce qu'il mange
    en afrique du dus il y a de plus en plus d obése ,qui l'aurait cru oO

  31. Je suis d'accord avec Snake.
    Quand on fait un travail physique (que ce soit "en plein air" ou pas).

    On prends forcément de la masse.
    Perso, j'ai été bagagiste à l'aéroport de Roissy pendant un mois en 2000 (à l'époque je ne faisait que du rameur chez moi).
    A la fin du mois, j'avais bien pris des bras.

    A ce moment, j'ai 22ans je crois, et je ne connaissait pas la diététique pour la musculation à ce moment (d'ailleurs je ne connaissait même pas la muscualation).

    D'ailleurs, assez souvent, les personnes qui font un travail physique sont (très) costaud, (très) sec, ou les deux.

  32. lala tu me rapelle mes debut au boulot, mannutentionnaire 1 tonne 500 a decharger a moi tout seul par jour en 8 h par carton de 20 kilos,fait le calcul, j'ai commencer le taf a 17 ans avec un physique d ados encore et l'alimentation qui va avec, j'ai donc perdu pas mal de poids tout en musclen au bout de 8 mois j avait un physique de toxicomane nerveux sec , j etait affaibli et usé super endurant mais ma force a baissé j'ai donc readapté mon alimentation car je continuer de manger comme si j etait un collegien et la petit a petit j'ai grossi mais pas asser , bref je suis traumatisé de mon passage a la vie actif, j'ai repris du poil de la bete depuis,en resumé j'ai commencer le travaille super physique de hulk avec une alimentation et un physique d ado , oO terrible

  33. Thibaut Rio de Janeiro a écrit:

    Bonjour à tous,

    Cet article introductif et "innovant"(comme l'a dis Mr Lafay, c'est un sujet pas encore abordé en musculation, quoique je ne suis pas d'accord car en créant la méthode, il avait déjà volontairement mis en place cette vision de la musculation ;-) ).

    Mr Lafay, vous parlez de jeu à somme non nulle, je suppose que vous faisiez référence à ce que P. Watzlawick dit dans "Comment réussir à échouer?" car si j'ai bien compris, une ultrasolution serait résultante d'un jeu avec l'autre (ici l'environnement et le corps) où l'on ne peut gagner que si l'autre perd et vice versa.
    Ainsi, tous les deux (nous et l'autre) ne peuvent être gagnants.
    Suis-je en train de faire fausse route?

    Cordialement,

    Thibaut.

  34. @ snake :
    lol, bah oui, c'était un boulo d'été que je faisais (mon 1er boulot ^^), et comme "préparation physique" je faisais du rameur et des abdos chez moi....

    Quand je rentrais le soir, j'avais pas mal aux bras : Je pouvais simpleent plus m'en servie ou presque, en tout cas, je ne pouvais plus les dépliés totalement ^^ .
    Bon, ça n'a duré qu'un mois.
    En tout cas, je me souviens encore du regard de deux copines qui m'ont vu arrivé à la plage pendant les vacances esnuite :D .Y'en a même une qui a fait mine de tomber pour pouvoir s'accrocher à mon bras ^^ .

    Et moi, comme nutrition, j'avais juste apporté une barre de céréales "pour tenir"....méga lol ^^


Express Yourself!